Mot du président

le 7 février 2019 à 11:56
Pierre Lavallée

rivest

Les jeunes sont l’avenir de toute organisation et, cet automne, nous avons mis de l’avant des initiatives pour favoriser la participation et l’intégration des jeunes au sein l’ASSQ. À l’Université Laval, plusieurs étudiants du baccalauréat font des stages en entreprise au cours de l’été. Ces stages se terminent en septembre par un exposé oral, devant public, des travaux effectués. Cette année, l’ASSQ a commandité cet événement. Pour donner aux étudiants un aperçu du métier de statisticien, les exposés étudiants ont été suivis de courtes présentations de statisticiens professionnels œuvrant en statistique officielle, en assurances et dans des firmes de sondage. Merci à Marie-Ève Tremblay (ISQ), Virginie Boivin (Co-Operators) et Maxime Lacroix (SOM) qui se sont prêtés à cet exercice. Le tout s’est terminé par un 5 à 7 où étudiants et professionnels de la statistique ont pu poursuivre les discussions entamées lors des présentations. Cette commandite s’inscrit dans une tradition bien établie de collaboration entre l’ASSQ et l’Université Laval. Pour faire connaître l’ASSQ aux étudiants de l’Université de Montréal, nous avons créé le Prix ASSQ-UdM, doté d’une bourse de 300 $, qui sera remis chaque année à l’étudiant s’étant le plus illustré dans le cadre du cours gradué de Consultation statistique. Il est prévu de décerner le premier prix dès 2019. Merci à Mylène Bédard, Pierre Duchesne et Christian Léger, professeurs de statistique à l’UdM, avec qui nous travaillons à la mise en place de ce prix.

Pour terminer, je veux attirer votre attention sur deux articles parus dans Liaison, le bulletin de la Société statistique du Canada, d’octobre 2018 (voir https://ssc.ca/fr/publications/ssc-liaison)

Il y a d’abord un article de Sotirios Damouras et Sohee Kang (Université de Toronto) sur l’enseignement de la statistique et la place qu’elle a occupée dans les programmes en mathématique, informatique et sciences de l’information (MISI) pour la période 2010-2015. À l’aide de données de Statistique Canada, ils montrent que le regroupement MISI en général et la statistique en particulier est un domaine d’étude où les effectifs sont en forte croissance. De 2012 à 2015, le nombre d’étudiants inscrits dans ces domaines d’étude a augmenté de 20 % par année au Canada. En statistique, le nombre de diplômés, tous cycles confondus, est passé d’environ 600 par année à 900 pour la même période. L’action se passe surtout en Ontario où on retrouve plus de 50 % des étudiants et des diplômés. En fait, le Québec traîne un peu de la patte; il représente moins de 10 % de la formation en statistique au Canada. Ceci est peut-être causé par l’absence de départements de statistique dans les universités québécoises. En effet, toute la formation est donnée dans des départements de mathématiques et de statistique.

Il y a aussi l’article d’Alison Gibbs sur l’« International Data Science in Schools Project ». Étant donné l’importance grandissante des données dans notre vie quotidienne, Alison affirme qu’il faut introduire la science des données comme un sujet d’étude dès l’école secondaire. Le groupe de travail dont elle nous parle cherche des moyens pour accomplir cette tâche. Évidemment, la formation des enseignants est au cœur de l’initiative décrite par Alison.

Louis-Paul Rivest

[Retour à la Table des matières]

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn