Recensement : coup d’œil intéressant sur le passé

le 19 avril 2016 à 15:19
dtalbot

À quelques mois seulement du Recensement de 2016, j’ai pensé qu’il serait intéressant de voir l’évolution du recensement au fil des ans, surtout en raison de l’importance de celui-ci dans ma famille. En effet, plusieurs membres de ma famille ont travaillé dans les bureaux du recensement, dont ma tante, mon oncle, un cousin et mon frère. Ce lieu m’a donc semblé être l’endroit rêvé où travailler.

Des commis au travail à l’étage du recensement à Statistique Canada, vers 1950. Source : Bibliothèque de Statistique Canada.

 

image1

Photo : V. Picard

La Bibliothèque de Statistique Canada m’a permis de découvrir le questionnaire original du Recensement de 1871, soit le premier recensement national effectué dans notre jeune pays. Dès le 2 avril 1871, 2 789 agents recenseurs recueillent des renseignements sur 3 485 761 personnes réparties comme suit :

– Nouveau-Brunswick (285 594)

– Nouvelle-Écosse (387 800)

– Ontario (1 620 851)

– Québec (1 191 516)

 

Les agents recenseurs font du porte-à-porte dans toutes les régions du pays et enregistrent manuellement l’information dans un cahier qu’on appelait « tableau ». Les  questions portaient sur les sujets suivants :

– Nom

– Âge

– Sexe

– Bébé né dans les douze derniers mois

– Pays ou province de naissance

– Religion

– Origine

– Profession, occupation, ou métier

– État matrimonial (marié ou veuf)

– Marié dans les douze derniers mois

 

Au fil des ans, le nombre de questions et la formulation ont pu changer, mais l’information recherchée est demeurée la même. L’information recueillie aujourd’hui continue de jouer un rôle essentiel dans le façonnement de notre pays.

Un commis utilise la machine à cartes perforées électronique pour totaliser les résultats d’une enquête à Statistique Canada, vers 1950. Source : Bibliothèque de Statistique Canada.

image2

Photo : V. Picard

Selon un bulletin d’information de 1956, le Canada a été le premier pays au monde à utiliser un système de « lecture de marques ». Ce système simplifiait la totalisation. Les agents recenseurs marquaient un « X » à l’aide d’un crayon à mine de plomb particulier sur le nouveau questionnaire. Les commis inséraient ensuite ces questionnaires dans une machine électronique contenant un jeu de brosses ou de petites pattes de métal qui balayaient les colonnes et perforaient la carte chaque fois qu’ils rencontraient la marque « X » faite au plomb. En fait, c’est l’une des premières tâches qu’a accomplies ma grand-mère ici, à Statistique Canada.

En effet, ma grand-mère, Edna Proulx, a également été embauchée à Statistique Canada; elle a commencé à y travailler comme commis en 1958, ce qu’elle a fait jusqu’à son départ à la retraite après 29 ans de service. Au cours de cette période, elle a travaillé à plusieurs recensements et elle avait toujours des histoires intéressantes à raconter à propos de la totalisation des données.

J’ai des souvenirs qui remontent chaque fois que je marche dans le hall de l’immeuble Jean-Talon, car quand j’étais enfant, c’était à cet endroit que je m’assoyais pour l’attendre à la fin de la journée avant de revenir avec elle à pied à la maison.

image3

Edna Proulx, anciennement commis à Statistique Canada.
Photo : M. Gratton

En 2011, j’ai aidé ma grand-mère à remplir son questionnaire en ligne. Elle était étonnée par l’évolution de la technologie et des changements apportés aux méthodes de collecte et de totalisation des résultats depuis la période où elle perforait les cartes dans les machines. En fait, il est difficile de croire que c’est seulement depuis les deux derniers recensements (2006) que les Canadiens peuvent remplir leur questionnaire par voie électronique sans avoir recours à la totalisation manuelle de millions de formulaires.

Voici quelques étapes-clés dans l’histoire du recensement.  Pour plus d’information, n’hésitez pas à vous promener dans les couloirs de la Bibliothèque pour regarder les photos et examiner les rapports. C’est vraiment intéressant de voir comment tout cela a commencé!

 

Étapes-clés de l’histoire du recensement

1666 : Premier recensement en Nouvelle-France. La population totale était de 3 215, à l’exclusion des Autochtones et des troupes royales.

1739 : Dernier recensement sous le régime français.

1767 : Au  recensement de la Nouvelle-Écosse sont ajoutées les questions portant sur la religion et  l’origine ethnique.

1817 : Au recensement de la Nouvelle-Écosse est ajoutée une question portant sur le lieu de naissance.

1831 : Le premier recensement dans ce qui allait devenir l’Ouest canadien a été effectué dans la région de l’Assiniboine.

1851 : La promulgation des lois exigeant un recensement en 1851 et en 1861, puis tous les dix ans par la suite, a donné naissance au recensement décennal.

1870 : Premier recensement de la Colombie-Britannique et du Manitoba.

1871 : Premier recensement du Canada après la Confédération. Le questionnaire a été conçu en français et en anglais, comme il l’a été dans tous les recensements par la suite.

1905 : Le Bureau du recensement devient un organisme permanent du gouvernement.

1906 : Un recensement quinquennal est effectué au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta.

1911 : Le recensement est reporté d’avril à juin pour éviter le mauvais temps et les mauvaises conditions routières et pour améliorer l’exactitude des données sur les surfaces cultivées.

1918 : Le Bureau fédéral de la statistique est créé avec la promulgation de la Loi sur la statistique de 1918.

1941 : Le recensement est reporté au 14 juin pour cette année seulement, afin d’éviter tout conflit avec la première campagne des obligations de la Victoire. L’échantillonnage est utilisé pour la première fois : les questions portent sur le logement.

1956 : Le premier recensement quinquennal est effectué à l’échelle du pays.

1971 : Pour la première fois, la plupart des répondants remplissent le questionnaire eux-mêmes (autodénombrement). Le Bureau fédéral de la statistique devient Statistique Canada. Une nouvelle Loi sur la statistique exige qu’un recensement de la population et de l’agriculture soit effectué tous les cinq ans.

1986 : Le recensement comporte une question sur les limitations d’activité, qui est ensuite utilisée pour former un échantillon pour la première enquête postcensitaire sur les limitations d’activité.

1991 : On pose pour la première fois la question sur l’état matrimonial des couples vivant en union libre.

1996 : Pour la première fois au recensement, des données sur le travail non rémunéré et le mode de transport pour se rendre au travail sont recueillies.

2001 : Pour la première fois au recensement, des données sur les couples de même sexe, ainsi que sur la langue de travail sont recueillies.

2006 : Pour la première fois, tous les citoyens canadiens peuvent remplir leur questionnaire du recensement sur Internet.

2011 : Adoption de l’Enquête nationale auprès des ménages à participation volontaire, qui a remplacé les données du questionnaire détaillé du recensement.

2016 : Le questionnaire détaillé obligatoire du recensement est à nouveau adopté.

 

Mélodie Gratton,

Statistique Canada

 

Retour à la table des matières

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn