Une stratégie pour des données couplées de meilleure qualité

le 13 avril 2015 à 14:57
dtalbot

Cette présentation précédait «Régression basée sur les copules : estimation et inférence». Comme quoi votre association a de la suite dans les idées, à savoir, une conférence sur la formation de couples avant une autre sur la copulation! Revenons toutefois dans le vif du sujet, avant de subir les foudres du modérateur! Quoique le conférencier a aussi fait des jeux de mots en ce sens!

Le couplage à Statistique Canada revêt une importance stratégique. Il permet une utilisation accrue des données administratives, dans le but avoué de réduire à la fois le fardeau de réponse et les coûts de collecte.

Ce sujet, bien qu’un peu théorique à prime abord, n’a pas semblé trop lourd à l’auditoire pour un vendredi après-midi. En bref, le problème de couplage se résume à un problème d’optimisation sous contraintes. (Il faut que ça tente aux deux en même temps quoi!)

Après avoir expliqué en long et en large la théorie du couplage exact, le conférencier a fait état que, dans la pratique, les couplages pouvaient être déterministes, probabilistes ou échangistes. (euh… non… pas vraiment échangistes!).

L’utilisation de logiciels et de la théorie statistique étant fort utiles pour mener à terme le couplage, il n’en demeure pas moins nécessaire de procéder à des révisions manuelles parmi les solutions envisagées. Bien que celles-ci s’avèrent coûteuses et faillibles à l’occasion, elles demeurent un outil essentiel pour le chercheur.

Présentation par Abel Dasylva – Statistique Canada,

résumé par Claude Ouimet

Retour en arrière

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn