Statistique et vie

le 30 janvier 2014 à 19:46
dtalbot

Extraits tirés de l’Almanach Vermot 2013


La raison d’être des statistiques est de vous donner raison.

Un jour, j’irai vivre en théorie, car en théorie, tout se passe bien.


Un chiffre en augmentation

16%! L’augmentation du nombre de consultations spécialisées pour cancer de la peau est montée à 16%, augmentation observée entre 2002 et 2006 par les services de santé américains.

Ce chiffre correspond à une augmentation moyenne de 14% du nombre de sujets atteints par ce type de cancer. Le vieillissement de la population n’est pas seul en cause, l’exposition solaire joue également un rôle. Au moment où les vacances arrivent et où l’on va profiter du soleil, faisons attention…


Vive la maison

Vive la maison, pour manger! Quelque 84% des Français pratiquent régulièrement ou occasionnellement la cuisine à la maison.

  • D’abord pour des raisons économiques, mais aussi pour des raisons de santé et par plaisir.
  • Près de 80% réalisent au moins un type de préparation culinaire fait maison ».
  • Seuls 16% ne mangent que des produits tout faits, tout préparés. Il faut reconnaître que sur ces 16%, 95% sont des hommes…

On souhaite aux générations qui vont suivre de se rappeler du « cassoulet » de la grand-mère… ou de sa « tarte à la Tatin ».


On le savait, mais…

Trois ans de vie en plus; c’est ce que promet une étude taïwano-américaine portant sur plus de quatre cent mille personnes, suivies durant douze ans. À condition, dit l’étude, de pratiquer une activité physique modérée quinze minutes par jour, ce qui diminue le risque de mortalité, toutes causes confondues, de 14% et celui de mortalité par cancer de 10%. Alors, tous au gym…


Curieux

Trouvé dans un vieil Almanach cet écho : le 24 juillet 1769, les bureaux de placement pour nourrices ont été regroupés en un seul organisme. Environ vingt et un mille enfants naissent alors chaque année à Paris : sept cents étaient nourris par leur mère, sept cents par une nourrice à domicile, trois mille étaient confiés à des nourrices de banlieue et tous les autres à des femmes recrutées en province, notamment dans le Morvan…


Arrêtons de râler

C’est bien beau de dire « arrêtons de râler », mais ce n’est pas français du tout! Car nous râlons, on dit même qu’en France, c’est le sport national par excellence.

Une étude a même démontré que 41% des Français craignent de passer pour des imbéciles s’ils se montrent aimables! C’est dire… Râler, c’est réagir du tac au tac à une frustration, à une contrainte, à une obligation. Les « espèces de ploucs », ce sont les autres, les politiques, les banquiers, les voisins, les commerçants, les supérieurs… La liste est longue et impossible à délimiter.

Pourquoi râle-t-on? Souvent on ne sait trop, mais comme disait Gabin dans un film d’Audiard : « L’essentiel c’est de râler, ça fait bon genre… » Et il est bon d’ajouter, après avoir bien râlé bien sûr, une petite phrase du genre : « Les politiques, tous des pourris… » ou « Qui c’est qui va payer? Encore nous! ».


Ne faites pas l’œuf

Quel est le nombre d’œufs consommés chaque année dans le monde? 800 milliards!

Soit 129 œufs par personne, mais la consommation diffère selon les pays. Par exemple, les Mexicains sont les premiers avec 345 œufs par personne et par an. Viennent ensuite les Japonais, 334; les Chinois, 333; les Français, 266; les Américains, 233 et les Canadiens, 181. Si vous avez l’intention de recompter, adressez-vous au centre de documentation sur l’oeuf et les ovoproduits (ils sont là pour ça!).


C’est génétique

Le bégaiement touche 5% des enfants préscolaires et 1% des adultes. La cause de ce trouble d’élocution est toujours un mystère, mais peut-être plus pour longtemps.

Des chercheurs de l’institut national américain de la surdité et des troubles de la communication, dans le Maryland, ont identifié trois mutations génétiques, lesquelles sont présentes chez 9% des bègues qu’ils ont recrutés aux États-Unis, mais aussi dans plusieurs autres pays du monde. Les résultats confirment que le bégaiement est bel et bien un trouble physiologique et non psychologique. Bientôt, on devrait avoir de nouveaux traitements. On va donc remercier ces chercheurs, et sans bégayer bien sûr!


Des jeunes vieux

L’INSERM vient de faire un examen qui a laissé rêveurs les spécialistes : sur sept cents personnes, on s’est aperçu que c’était à partir de 45 ans que notre mémoire, comme notre capacité à raisonner, diminuait.

Or, jusqu’à présent, l’âge du déclin intellectuel était estimé à 60 ans! Bien sûr, le résultat de l’INSERM, publié dans le British Medical Journal, reste à confirmer, mais l’enquête risque de bouleverser beaucoup de choses bien établies. Après ça, il est difficile de vouloir continuer à vieillir tout en restant jeune. Mais on peut continuer à s’y employer, non?


Les centenaires

D’année en année, la France vieillit et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Selon l’INSEE, qui fait régulièrement des projections en matière de démographie, un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2060 et le nombre de centenaires devrait exploser.

  • De 15 000 centenaires ces dernières années, on va arriver à 200 000 dans moins de 50 ans.
  • Dès 2015, la proportion des moins de 20 ans sera inférieure à celle des sexagénaires…

Un chien pour lire

Si ça ne venait pas d’une étude, très sérieuse, de l’Université de Californie à Davis, on ne le croirait pas.

Ils ont réussi à prouver que si votre enfant a du mal à apprendre à lire, trouvez un chien. Au lieu de lire pour lui-même ou pour un adulte, un enfant qui lit pour un chien apprend mieux et plus vite. Il n’y a rien de tel que de faire la lecture à un quadrupède pour se perfectionner, paraît-il. Face à Médor, l’enfant peut buter sur chaque mot sans crainte d’être repris. Les chercheurs de l’UC de Davis ont comparé deux types d’apprentissage. À l’issue d’une période de dix semaines, les enfants lisant à un chien avaient progressé de 12%, alors que ceux lisant avec un être humain n’avaient progressé que de 10%!

En revanche, ça ne marche pas pour les chiens. On n’en connaît pas sachant lire, même à un enfant!

Mauvais chiffre

On a estimé à 90 000, le nombre d’oiseaux qui s’écrasent tous les ans contre les édifices de New York, entre le 1er septembre et le 1er novembre, lors de leur migration. Aussi, cette année, bon nombre de propriétaires de gratte-ciel ont décidé d’éteindre leurs lumières afin d’éviter le massacre. C’est notamment le cas des célèbres Time Warner Center ou du New York Times Building.

Bon appétit, quand même…

Un centre médical de Bombay a récemment fait une découverte peu ragoutante : 88% des petits restos itinérants qui occupent les trottoirs de la mégapole indienne servent de la nourriture contaminée. Cela va des bactéries et des moisissures aux matières fécales, entre autres, qui ont été détectées dans la plupart des aliments achetés dans la rue. Il n’existe aucun organisme de surveillance de la salubrité des aliments à Bombay.


Retour à la table des matières

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn