Séminaire de statistique, Université Laval, 12 mai 2011

le 6 mai 2011 à 17:32
Jean-Francois Plante

Le jeudi 12 mai 2011, 11 h 30, en la salle 2546 du pavillon Adrien-Pouliot

La détection de rupture dans le système climatique
Claudie Beaulieu, Université Princeton

La détection de rupture permet d’identifier un ou plusieurs changements abrupts dans une série temporelle, ce qui la rend particulièrement intéressante pour étudier les variations du climat. En effet, les changements climatiques ne se manifestent pas uniquement sous la forme d’une tendance linéaire et les données révèlent également des changements abrupts. Dans cet exposé, l’importance de la détection de rupture est illustrée par deux applications. La première porte sur l’identification des ruptures artificielles dans les séries d’observations de précipitations totales, introduites par des changements dans les procédures de mesure tels qu’une relocalisation de la station de mesure. La détection et la correction de ces ruptures artificielles sont importantes puisqu’elles peuvent interférer avec les variations réelles du climat et biaiser notre compréhension du système climatique. La deuxième application porte sur la détection de rupture dans le cycle du carbone. Des ruptures détectées dans le taux de croissance atmosphérique du carbone et dans les puits de carbone terrestres en 1988/1989 indiquent qu’il est possible que des modifications majeures dans le cycle du carbone se soient produites. Nous discuterons des extensions nécessaires aux méthodes de détection de rupture afin de les rendre plus flexibles pour étudier le système climatique. Ces extensions permettront la détection de différents types de changements dans les paramètres d’une distribution ou dans les paramètres d’un modèle de régression, dans des séries de données souvent autocorrélées.

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn