Séminaire de statistique, Université Laval, 7 octobre 2010

le 4 octobre 2010 à 15:58
Jean-Francois Plante

Le jeudi 7 octobre 2010, à 13 h 30, en la salle 2548 du pavillon Adrien-Pouliot.

L’utilité de l’analyse statistique de classification en psychiatrie génétique
Chantal Mérette, Département de psychiatrie, Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard

Au Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard (CRULRG), un programme de recherche en psychiatrie génétique a été développé afin d’identifier les facteurs génétiques de prédisposition à plusieurs maladies, telles que la schizophrénie ou la maladie bipolaire, qui seraient en grande partie héréditaires. Nos résultats, combinés à ceux d’autres équipes à travers le monde, révèlent des mécanismes génétiques complexes impliquant, entre autres, une forte hétérogénéité génétique (i.e. plus d’un gène existant), des mécanismes d’épistasie (i.e. des phénomènes d’interaction gène-gène ou gène-environnement), ainsi que de la pléiotropie (i.e. le fait qu’un gène puisse s’exprimer différemment d’une personne à l’autre). Nous verrons aujourd’hui comment les analyses de classification, en particulier les modèles de mélanges de distributions, peuvent aider à résoudre la problématique de l’hétérogénéité génétique.

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn