Séminaire de statistique, Université Laval, 19 février 2009

le 24 février 2009 à 11:33
Jean-Francois Plante

Troisième séminaire de statistique

Le jeudi 19 février 2009, à 13 h 30,
à la salle 3870 du pavillon Alexandre-Vachon

Le sondage indirect (la méthode généralisée du partage des poids)

par

Pierre Lavallée
Statistique Canada

Résumé
Pour tirer les échantillons nécessaires aux sondages sociaux ou économiques, il est utile de disposer de bases de sondage, c’est-à-dire de listes d’unités destinées à représenter les populations cibles. Malheureusement, il arrive qu’on ne dispose pas directement d’une liste contenant les unités de collecte désirées, mais plutôt d’une liste d’autres unités reliées d’une certaine façon à la liste des unités de collecte. On peut donc parler de deux populations UA et UB reliées entre elles où on désire produire une estimation pour UB. Malheureusement, on dispose d’une base de sondage seulement pour UA. On peut alors imaginer le tirage d’un échantillon de UA afin de produire une estimation pour UB en se servant de la correspondance existante entre les deux populations. C’est ce qu’on peut désigner par sondage indirect.

L’estimation d’un total (ou d’une moyenne) d’une population cible UB de grappes en se servant d’un échantillon tiré d’une autre population UA reliée d’une certaine façon à la première peut constituer un défi de taille et ce, en particulier si les liens entre les unités des deux populations ne sont pas bijectifs. Le problème vient surtout de la difficulté d’associer une probabilité de sélection, ou un poids d’estimation, aux unités enquêtées dans la population cible. Afin de résoudre ce type de problème d’estimation, on a développé la méthode généralisée du partage des poids (MGPP). La MGPP permet d’obtenir un poids d’estimation pour chaque unité enquêtée de la population cible UB. Ce poids d’estimation correspond en gros à une moyenne des poids de sondage des unités de la population UA d’où est tiré l’échantillon.

La présente communication se veut un survol entourant les différents développements effectués par l’auteur autour du sondage indirect et de la MGPP. La théorie entourant la MGPP y sera présentée, mais aussi différentes applications possibles qui accentuent l’attrait de celle-ci. On traitera aussi de sujets tels que : le sondage indirect à deux degrés, l’application de la MGPP aux enquêtes longitudinales, l’amélioration des estimations par l’utilisation du calage sur marges, le traitement de la non-réponse. Finalement, on terminera par une conclusion qui mettra l’accent sur de nouvelles applications du sondage indirect.

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn